La réalité virtuelle : un accès aux innovations du futur

L’édition d’un logiciel de réalité virtuelle fait appel à une polyvalence technique et à un goût prononcé pour les technologies de pointe. La création d’une expérience réussie de la réalité virtuelle est avant tout le résultat d’un exercice en innovation, mené par une équipe avec des compétences spécifiques dans le métier.

Après avoir acquis de bonnes bases dans les techniques de rendu 3D et les technologies 3D du marché (de OpenGL à DirectX, de Unreal Engine à Unity), acquis des connaissances des appareils (du Powerwall aux casques) et de leurs protocoles de communication (des réseaux au fonctionnement du tracking), le développeur en réalité virtuelle se doit aussi d’être initiateur d’innovations.

Pour Tanguy Courquin, Responsable de produits immersifs chez Lumiscaphe, c’est ce dernier point qui est attirant dans la réalité virtuelle. Dans la 3D, beaucoup des nouveautés récentes sont des améliorations en technique et en qualité. “Il suffit de suivre les actualités comme les dernières annonces de NVIDIA sur le ray-tracing GPU temps réel pour se rendre compte que le rendu 3D s’approche d’un seuil de qualité et de réalisme physique,” précise-t-il. Ce seuil ne s’applique pas de la même manière à la réalité virtuelle. En plus de viser un réalisme parfait, la réalité virtuelle intègre la possibilité d’interaction physique avec un visuel en 3D. Elle propulse ainsi la recherche de nouveaux modes plus naturels d’interaction avec un objet 3D.

Ces nouveaux modes d’interaction sont proposés, implémentés et testés dans le cadre de l’ergonomie logicielle. “Avoir 6 degrés de liberté dans l’espace n’est pas la même chose qu’être devant un écran avec un clavier et une souris !” rappelle M. Courquin. L’équipe de développement veille à encourager une interaction naturelle et fluide entre l’utilisateur et le logiciel de réalité virtuelle.

Cette sensation de naturel dépend également du perfectionnement des dispositifs. “Les casques d’aujourd’hui ne sont qu'un début. Il s’agit d’une technologie loin d’être parfaite,” explique M. Courquin. Pour la plupart des personnes, il est difficile de conserver plus de 30 minutes un casque sur la tête sans commencer à ressentir des nausées, des vertiges ou des maux de tête. Le futur nous apportera des améliorations sensibles pour éviter ces désagréments. Notre corps acceptera mieux le monde virtuel grâce à la rapidité de rendu, le rendu en haute définition, la haute fréquence de rafraîchissement et la réactivité des dispositifs.

Les équipes Lumiscaphe sont d’ores et déjà prêtes à vous accompagner au fur et à mesure des prochains pas technologiques dans ce domaine. Nous travaillons avec des partenaires comme Christie et Antycip Simulation afin de vous offrir un accès aux technologies innovantes appliquées aux problématiques de l’industrie.


La réalité virtuelle dans l’industrie

“Il est impératif de comprendre le vrai coût de l’acquisition des données” (David Graham)

Contact
  1. *Merci de nous indiquer votre nom et prénom
  2. *Merci de nous indiquer votre société
  3. *Merci de nous indiquer votre adresse e-mail professionnelle
  4. Invalid Input
  5. Merci de nous indiquer votre message